1961

Le Beauvais Galop d’essai pour le transport

Le Beauvais fait figure de pionnier du transport du gaz naturel liquéfié. Il ouvre la voie en France à la filière du GNL.

En juillet 1959, Gaz de France acquiert son premier navire expérimental, le Beauvais, par l’intermédiaire de sa compagnie nationale du gaz, Gaz de France. Une seconde vie pour cet ancien libertyship américain de la Seconde Guerre mondiale. En 1961, il est désarmé à Dunkerque avant d’être remis en état et transformé à Saint-Nazaire (Chantiers de l’Atlantique). Il est prêt à remplir ses nouvelles fonctions en 1962, exploité par la Compagnie Nantaise des Chargeurs de l’Ouest pour le compte de Méthane Transport.

Le 15 mai 1962, le navire expérimental prend la mer, avec ses cuves chargées de GNL. Objectif : confronter les théories de laboratoire à la réalité et comparer les solutions mises en œuvre à bord. Les réservoirs, leurs calorifuges, leurs ancrages ainsi que tous les accessoires (pompes, tuyauteries, vannes, dispositifs de sécurité) sont minutieusement observés. Le 2 juillet, après avoir remonté la Loire, le Beauvais décharge sa cargaison à la station d'essais de Roche-Maurice de Nantes à laquelle il est relié par des bras articulés.

Grâce au Beauvais, les chantiers navals ont pu expérimenter grandeur nature les équipements qu’ils avaient étudiés et conçus, avant de lancer la construction du premier méthanier français.

1964

Le Jules Verne celui par qui tout a commencé

On célèbre aujourd’hui les 50 ans de la première livraison de GNL depuis Arzew !

Le 27 juin 1962, la société Gaz Marine passe commande du premier méthanier français, le futur Jules Verne, aux Ateliers et Chantiers de la Seine-Maritime situés au Trait.

28 mars 1965 : le Jules Verne assure sa première livraison de GNL au terminal du Havre ! Cette date marque le début de l’histoire industrielle française du GNL. Le méthanier Jules Verne commence une série de rotations intercontinentales de 3 400 km chacune. Il est en mesure d’effectuer 33 voyages par an entre l’Algérie et le Havre et sa capacité est de 25 840 m3, soit environ 10 piscines olympiques.

Après des échouements de méthaniers en 1979 et 1980, Gaz de France décide de mettre au point une technique de transbordement entre navires. Elle doit permettre d’optimiser la fluidité du trafic, la sécurité des flux et l’utilisation de la flotte de méthaniers. Entre le 11 et le 14 septembre 1982, 22 000 m3 de GNL sont transbordés pour la première fois entre 2 méthaniers : l’Édouard L.D. et le Jules Verne, à Fos-sur-Mer.

Cessant ses rotations en 1988, le Jules Verne est vendu à la compagnie néerlandaise Dalmeyer. Il sera ensuite exploité à nouveau en Méditerranée par la société espagnole Gas Natural et ferraillé en 2008, soit 43 ans de bons et loyaux services.

Télécharger la brochure d'époque (PDF, 2.5 Mo)

1971

Le Descartes 50 000 m3 de GNL à bord

Alors que le transport maritime de GNL prend son essor, le Descartes lui permet par sa grande capacité de passer à la vitesse supérieure.

En 1971 sont mis en service les méthaniers Descartes et Hassi R’Mel.

Ces deux navires sont caractérisés par une augmentation significative des capacités de transport : respectivement 50 000 m3 et 40 000 m3. Le monde compte alors 9 grands méthaniers, d’une capacité totale de 380 000 m3, et 2 petits, d’une capacité totale de 9 120 m3.

Le Descartes est le premier méthanier chargé à franchir le canal de Suez en 1977.

Messigaz, filiale de Gaz de France (40 %) et de la Compagnie Générale Maritime (60 %), fait l’acquisition du Descartes en 1991 en copropriété avec Gazocéan. Le navire sera affrété pendant 10 ans par Gaz de France.

1977

L’ÉDOUARD L.D. Entre Bretagne et Algérie

L’Édouard L.D. a été l’un des piliers des flux de GNL naissants entre la France et l’Algérie, avant de participer à la première expérience réussie de transbordement.

Achevé en 1977, le méthanier Édouard L.D. affiche une capacité de 125 000 m3, un changement d'échelle important en termes de capacités. Gaz de France se substitue à la Sagape (Société d’Achat du Gaz Algérien Pour l’Europe) pour l’affrètement de ce navire, propriété de la société d’armement Louis Dreyfus. Il est construit aux Chantiers de France-Dunkerque avec la technique Gaz Transport des cuves à membrane Invar. Créé pour effectuer des trajets entre Arzew et le futur terminal méthanier de Montoir - de - Bretagne, le navire restera néanmoins au repos forcé jusqu’à la mise en service de ce terminal en 1980.

Suite à des échouements de méthaniers en 1979 et 1980, Gaz de France décide de mettre au point une technique de transbordement entre navires. Elle doit permettre d’optimiser la fluidité du trafic, la sécurité des flux et l’utilisation de la flotte de navires méthaniers. Entre le 11 et le 14 septembre 1982, 22 000 m3 de GNL sont transbordés pour la première fois entre 2 méthaniers : l’Édouard L.D. et le Jules Verne, à Fos-sur-Mer.

Après la fin de sa charte d'affrètement avec Gaz de France, en mars 2008, l’Édouard L.D. subit un important arrêt technique au chantier singapourien Keppel. Repris par Dynagas, il poursuit sa carrière sous pavillon libérien.

1979

LE MATTHEW Itinéraire d’un Américain

C’est l’histoire du fabuleux destin du Matthew, qui, malgré repos forcé et réparations, navigue toujours outre-Atlantique.

Construit en 1979 aux États-Unis, par le chantier Newport News Shipbuilding, ce méthanier a porté différents noms : El Paso Howard Boyd, Gamma (1983), Matthew (1998), Suez Matthew (2006) et Matthew de nouveau depuis 2009. Il fait partie d'une série de 3 méthaniers à membrane Technigaz construits pour El Paso LNG Company.

Les États-Unis encourageaient les chantiers à construire de tels navires pour assurer leur alimentation en GNL depuis l'Algérie.

Mais, en 1980, l'importation de gaz a été fortement réduite et plusieurs navires ont été désarmés ou envoyés à la casse.

Le Matthew a été désarmé pendant 16 ans, avant de reprendre du service. Actuellement, le propriétaire du navire est GDF SUEZ Energy North America (États-Unis).

En 2012, le Matthew est remis en état, grâce à une nouvelle technique d’investigation de l’isolation des cuves par caméra infrarouge, TAMI. Cette technologie développée par la filiale spécialisée GTT (Gaztransport & Technigaz) permet de repérer les défauts d’isolation des cuves afin de procéder aux réparations.

2003

LE BW GDF SUEZ BOSTON Instigateur de nouvelles routes

Égypte, Chili, Dubaï : le BW GDF SUEZ Boston livre son GNL aux 4 coins du monde.

Construit en 2003, le BW GDF SUEZ Boston navigue sous pavillon norvégien. D’une capacité de 138 000 m3, le méthanier fait 277 m de long.

En 2010, il ouvre une nouvelle route du GNL dans le Pacifique en livrant sa cargaison, en provenance d’Idku en Égypte, au Chili en passant par le détroit de Magellan. 90 000 m3 de GNL sont déchargés dans les cuves du BW GDF SUEZ Brussels, méthanier affrété par GNL Mejillones (Chili), co-entreprise à parts égales entre GDF SUEZ et CODELCO.

Enfin, en 2013, le BW GDF SUEZ Boston est le premier navire à livrer une cargaison de GNL au terminal Jebel Ali, près de Dubaï.

2006

LE GDF SUEZ Global EnergY Une nouvelle génération à flot

Navire résolument innovant, le GDF SUEZ Global EnergY ouvre la voie aux méthaniers du XXIe siècle.

En 2002, les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire commencent la construction d’un nouveau méthanier : le Gaz de France EnergY.

Mis en service en 2006, ce navire de 74 000 m3 présente une innovation majeure : un système de propulsion hybride fonctionnant au gaz naturel. Des moteurs diesels-électriques, aux meilleurs rendements et à l’exploitation plus économique, remplacent les moteurs cycles à vapeur. Cette innovation fera date car la majorité des méthaniers construits depuis cette période sont équipés de ce mode de propulsion. Les techniques appliquées seront du reste reprises dans les méthaniers grand format Provalys et Gaselys.

Le méthanier s’appelle aujourd’hui le GDF SUEZ Global Energy.

2006

LE PROVALYS Le méthanier qui transporte et s’alimente au gaz naturel

Emblématique de la nouvelle génération de méthaniers, le Provalys allie puissance et performance environnementale.

D'une capacité de 153 500 m3 de GNL, le Provalys est l’un des navires de la flotte GDF SUEZ et le plus grand méthanier au monde lors de sa mise en service en 2006. Il relie l’usine de liquéfaction d’Idku en Égypte au terminal de Fos Cavaou, en France.

Comme le Gaz de France EnergY, le Provalys est doté d'un système de propulsion hybride (diesel-électrique) fonctionnant au gaz naturel. Il est équipé de membranes de type CS1.

2009

LE GDF SUEZ NEPTUNE Premier méthanier regazéifieur

À la pointe de la technologie, le GDF SUEZ Neptune permet de regazéifier du gaz naturel liquéfié (GNL). Un atout de taille pour GDF SUEZ.

En 2009, GDF SUEZ met en service le GDF SUEZ Neptune, son premier méthanier regazéifieur. Grâce à des vaporisateurs, le navire peut regazéifier le gaz naturel liquéfié (GNL) et l’envoyer sous haute pression directement sur le réseau, grâce à des installations offshore. Il est notamment utilisé sur le terminal Neptune Deepwater Port, détenu par GDF SUEZ au large des côtes du Massachusetts, aux États-Unis, mis en service début 2010, et le sera dans l’avenir sur le terminal flottant de GNL del Plata, en Uruguay, avant la livraison d’un autre navire regazéifieur.

« Le méthanier GDF SUEZ Neptune renforce la flotte du Groupe et sa capacité à transporter du GNL à travers le monde, y compris sur des marchés qui ne disposent pas de terminaux de regazéification onshore. »

Jean-Marie Dauger, Directeur Général Adjoint de GDF SUEZ

Équipé du système de cuves à membranes GTT MKIII renforcé, le navire peut transporter jusqu’à 145 000 m3 de GNL. Il comporte trois modules de regazéification à haute performance permettant d’émettre environ 21 millions de m3 standard de gaz naturel par jour. Il peut également être utilisé comme un méthanier conventionnel.

Le GDF SUEZ Neptune est également doté d’un système de propulsion fuel-diesel-électrique, qui améliore le rendement global et limite les émissions de gaz à effet de serre. Cette technologie utilise l’évaporation naturelle de la cargaison de gaz comme combustible.

En mai 2010, GDF SUEZ a reçu un second méthanier regazéifieur identique, le GDF SUEZ Cape Ann, utilisé depuis à Tianjin (Chine) pour regazéifier du GNL à destination de la Chine.